Frederick Galiay solo + Chamæleo Vulgaris + Jean-Sébastien Mariage solo le 23 juin à la Marguerite - Paris

Chamæleo Vulgaris :
Jean-Sébastien Mariage : guitare électrique
Frederick Galiay : basse électrique

En concert le 23 juin à la "Marguerite", 49 rue berger 75001
Metro Louvre-Rivoli - 19h30
Concert Atelier Tampon Nomade
Buvette bio dynamique

L’idée de ce concert est de proposer le duo Chamæleo Vulgaris entouré de solos des deux artistes. Nous pourrons ainsi entendre comment l’un interagit sur/avec l’autre.

Créé en 1993, Chamæleo Vulgaris est une formation ayant oscillé selon les temps entre deux et dix musiciens, avant de se résoudre, comme initialement, à deux : Frederick Galiay à la basse et Jean-Sébastien Mariage à la guitare (parmi les membres disjoints, B. Denzler et G. Roggi, F. Vaillant, H. Koch, H. Poulsen, M. Collignon, O. Benoit, D. Ashour…).

Les deux amplificateurs se font face, les deux musiciens sont au centre, le public autour. Le principe de l’installation est d’établir le contact le plus direct entre le geste et le son, la corde et le haut-parleur. Le son électrique est une matière organique, acoustique au sens plein : guitare, basse et amplificateurs (sans aucune adjonction de pédales d’effets ou d’électronique numérique), ne sont pas dissociés, mais sont un seul et même instrument.

Les limites sonores de l’instrumentarium sont sciemment repoussées, son ambitus élargi. Le son est âpre, plein, précis. La dichotomie convenue entre improvisation et composition est considérée comme nulle et non avenue : Chamæleo Vulgaris compose spontanément, en temps réel, des fresques sonores où l’instant est une urgence, et le temps construction.

Après "Dans la Chair" (1997), "Ouverture facile" (1999), "Les Falaises" et "Toter Hirsch" (2000), et "Inversus Doxa" (2001), "Rebut" (2003), a paru sur le label Acheulian Handaxe records (NYC) un nouvel enregistrement : "Reset" (2011), qui, après une pause discographique, beaucoup de concerts, et un nombre conséquent de projets parallèles, est une remise à plat d’un travail qui atteint ses presque vingt ans.

Lien : Chamæleo Vulgaris

Répondre à cette brève

 

Contact