Pearls of Swines - Concert à la Dynamo de Banlieues Bleues - 27 Juin 2014

Pour fêter comme il se doit la sortie de leur premier album, Frederick Galiay et PEARLS OF SWINES seront en concert à la Dynamo de Banlieue Bleue le 27 Juin 2014 à 20h30 !!!!!
9, rue Gabrielle Josserand, 93500 Pantin.
Réservation

PEARLS OF SWINES
Sarah Murcia : chant & claviers
Gilles Coronado : guitares
Franck Vaillant : batterie
Frederick Galiay : Basse, chant, composition et direction

Ce programme a été composé sur/autour/avec/inspiré par les superbes poèmes d’EDGAR ALLAN POE

Co-plateau avec STATION MIR (Didier Ithursarry, Guillaume Roy, Christophe Monniot, Seppo Kantonen)


PEARLS OF SWINES - Gazul (GA 8865) - Distribution Musea - EN BACS DEPUIS LE 19 MAI 2014 !!!

Recorded at Studio Pigalle (Paris) and mixed by Guillaume Delavilleon
Mastering by Marwan Danoun at Studio Galaxy (Brussels)

BOOKING

Contact presse :
Camille Dal’zovo // Only music
Cd@onlymusic.fr // 06.63.77.38.30

Le projet a reçu le soutien de la DRAC Ile de France. et le disque a reçu le soutien de MFA (Musique Française d’Aujourd’hui, avec la participation du ministère de la culture et de la communication,la SACEM, Radio France et la SACD)

La musique s’articule en tableaux, telle une suite, creusant une couleur, une disposition, à la manière d’une fresque sonore. Si le son et l’énergie du groupe plongent clairement leurs racines dans le rock progressif, l’inspiration puise aussi dans le jazz, avec une grande part laissée à l’improvisation, dans les musiques polyrythmiques, dans la musique contemporaine pour l’harmonie, bien que la composition soit intuitive et non systémique et dans la musique électroacoustique, pour l’approche du son. Les instruments acoustiques, électriques et électroniques se côtoient ici en toute liberté.

Il est des concerts dont on sait qu’on ne sera pas déçu. D’autres pour lesquels on sait à quoi s’attendre… Et d’autres encore, plus rares, dont on ne sait rien… On connaît les musiciens, sans toujours pouvoir deviner la nature de leurs nouveaux projets…
Ce quartet-ci fait évidemment partie de cette dernière catégorie. Franck Vaillant, Gilles Coronado et Sarah Murcia, à savoir les trois-quarts du formidable groupe Caroline (dont le dernier album est plus que recommandable), et le bassiste Frederick Galiay, co-éminence grise (avec Edward Perraud) du singulier projet Big Pop (voir la chronique de Citizen Jazz) sont réunis autour d’un projet alliant des compositions de Galiay à des poèmes d’Edgar Allan Poe.
Pas vraiment de jazz, ce soir, mais une énergie rock rappelant autant la no-wave que le rock progressif de King Crimson ou le R.I.O. d’Henry Cow, le tout mâtiné de musique drone (suis-je le seul à avoir parfois pensé à l’album Insurgentes de Steven Wilson ?). Rock, donc, mais joué par des musiciens rompus à l’exercice de la musique improvisée, étirant le temps et emportant le spectateur très, très loin, dans le monde si particulier de Poe. Indescriptible, en réalité !
Après une ouverture instrumentale tonitruante au groove irrésistible, la voix de Sarah Murcia, étrangement fragile et solide à la fois, murmure légèrement dissonant quoique toujours maîtrisé, nous entraîne dans les histoires sombres du poête américain : “Eldorado”, “Eulalie”, “Ligeïa”, “The Ring”, “The Rest Of Heaven Was Blue”, et un extraordinaire “The Raven”, lancinant, où pendant dix minutes (une heure ?), on ne peut s’empêcher d’entendre ce terrifiant corbeau tapoter à la porte de la chambre du malheureux narrateur.
Inquiétude, terreur… Jamais la musique ne tombe dans le cliché de la B.O. de film d’horreur, préférant suggérer plus qu’appuyer… Les étranges guirlandes synthétiques de Sarah Murcia, les hachures foudroyantes de la guitare de Gilles Coronado, le couple basse/batterie furieux (on ne répétera jamais assez combien Franck Vaillant est un batteur fabuleux), les voix mêlées de Murcia et Galiay, tout concourt à faire perdre pied à l’auditeur, sans pour autant le lâcher en route. Une musique tendue, hypnotique, souvent à la limite de la transe (impossible de ne pas headbanger !), douce, enveloppante, explosant soudainement en bourrasques, rampante, insidieuse (la mélodie de “The Raven” me trotte encore dans la tête aujourd’hui)…
Un moment musical unique, riche en surprises, qui laisse espérer un très grand disque, actuellement en phase d’enregistrement. A ne rater sous aucun prétexte si le groupe passe en concert près de chez vous !
http://zoreilles.forumdediscussions.com/

Cover photo by Jeff Humbert©
Inlet photography by Morgane Paoli©
Inside Yôko Higashi by Olivier Caillard© photo from the video ∞ #1 by Frederick Galiay
Graphism by Inversus Doxa

Produced by Frederick Galiay & Mutatis Mutandis 2014

Répondre à cette brève

 

Contact