• 14 décembre - Guylaine Cosseron & Jean-Sébastien Mariage - Paris

    Guylaine Cosseron : voix
    Jean-Sébastien Mariage : guitare
    Le Chat Noir
    76 rue Jean-Pierre Timbaut Paris 11
    20h30 - 10€ - tarif réduit : 7€
    Guylaine Cosseron n’a pas froid aux cordes et, en expérimentatrice exploratrice aventureuse, va les soumettre à tous ses désirs, toutes ses pulsions, et en explorer tous les coins et recoins accessibles. Mais l’instrument de Guylaine, c’est aussi le souffle, les lèvres, la langue, le palais, la salive, la  (...)
  • 20 janvier - Dieu - Toulouse

    C’est justement l’abandon de soi qui amène une évidence, à condition d’accepter de la découvrir à chaque instant.

Concerts passés

_____________________________________________________________________________________________________________

Jean-Sébastien Mariage

Guitare

Cappozzo/Mariage/Duboc

Jean-Luc Cappozzo : trompette
Jean-Sébastien Mariage : guitare
Benjamin Duboc : contrebasse

La musique est improvisée, très singulière et plutôt inattendue, nous nous retrouvons en effet dans des contrés peu explorées, nous y restons, y prenons plaisir, une douce folie...

« Avec pour seuls indices dans leur non-texte de présentation, deux mots : « être » et « lenteur ». C’est un peu court certes, mais pas vraiment d’inquiétude quant à ce qui pourrait en ressortir... Et pas seulement parce qu’on retrouve ici trois magnifiques francs-tireurs qui illuminent immanquablement chaque projet auquel ils participent. Chacun avec sa manière de faire, de dire et d’être. Mais, justement, précisément, pour cette manière particulière d’être, dans la musique comme dans la vie. Une histoire d’humain quoi. Voilà ce qui semble relier le plus évidemment ces trois-là. Et si c’est souvent le cas dans les rencontres improvisées, si l’aventure humaine est souvent revendiquée autant que le propos musical, eux ont décidé de l’assumer, totalement. Plus que jouer ensemble, ils cherchent à exister ensemble. Partager des espaces, mais sans anticiper la place de chacun. Laisser faire, laisser advenir. Improviser quoi ! Une musique naturelle en fait, comme le sont certains vins, qu’on laisse se faire en intervenant le moins possible sur le processus. Et le temps donc. Ingrédient principal de ce nouveau plat qu’ils ont décidé de mijoter ensemble. Non pas en visant la lenteur, comme une consigne, mais simplement parce qu’il faut le prendre ce temps. Ne jamais rien précipiter pour que mûrissent les belles choses. »
Jazz à Poitiers

Faire un commentaire sur cet article

Contact