Actualités précédentes : Pages 1 | 2

Concerts passés

_____________________________________________________________________________________________________________

Metaxu

Guylaine Cosseron : voix
Jean-Sébastien Mariage : guitare
Sébastien Bouhana : caisse claire

Le trio Metaxu visite l’entre-deux, non pas du son mais de sa signification. C’est l’association et elle seule de ces trois musiciens qui définira un objet sonore, esthétique, étique ; car ici chacun travaille ailleurs, bornant par leurs sons respectifs un milieu vide, libre à toute interpretation. Leur seule volonté consiste à créer ce lien qui par son mélange, son tournoiement, laissera apparaître une forme qui, quoi que l’on en dise, se présente toujours comme une fin.
Attelé exclusivement à cette tentative, ils permettent à chaque auditeur d’en voir mieux qu’eux même ce qui en sortira, non pas avec certitude, mais au contraire, avec la distance à soi qui s’impose alors.



Guylaine Cosseron n’a pas froid aux cordes et, en expérimentatrice exploratrice aventureuse, va les soumettre à tous ses désirs, toutes ses pulsions, et en explorer tous les coins et recoins accessibles. Mais l’instrument de Guylaine, c’est aussi le souffle, les lèvres, la langue, le palais, la salive, la glotte, la gorge, la poitrine, le nez... du chant total en quelque sorte, à la variété de timbres étourdissante, ouvrant un champ d’exploration inépuisable.
http://www.guylaine-cosseron.com/

Jean-Sébastien Mariage : Un son imposant, une disto mordante, des attaques stridentes et massives, des ruptures vivantes, des matières quasi-tactiles. La preuve qu’il y a encore et toujours à faire avec cet instrument à cordes. Jérome Noetinger
http://www.inversus-doxa.fr/-Jean-S...

Sébastien Bouhana La musique de Bouhana est extrêmement sensuelle (sensationnaliste dirait Pessoa) et corporelle. Aucun formalisme ni intellectualisme n’est à l’œuvre ici, l’exploration est seulement médiatisée par le corps et les sens : la peau de la percussion prolonge l’organisme de Bouhana, les sens médiatisent et réalisent ce prolongement en donnant vie à des résonances inattendues et inouïes.
Julien Héraud pour Improv sphere
http://grandchahut.free.fr/sebastie...

Faire un commentaire sur cet article

Contact