• 15 janvier - Jean-Sébastien Mariage solo - Genève

    Un son imposant, une disto mordante, des attaques stridentes et massives, des ruptures vivantes, des matières quasi-tactiles. La preuve qu’il y a encore et toujours à faire avec cet instrument à cordes.
_____________________________________________________________________________________________________________

Solos - Jean-Sébastien Mariage

Quelques enregistrements en solo réalisés depuis 2000.

Encore (solo) - février 2015

Jean-Sébastien Mariage : guitare, looper

Encore :




Encore

Ce solo est enregistré « live », sans montage. J’utilise uniquement, en plus d’un ampli guitare, un looper qui me permet d’enregistrer des séquences, de les diffuser et de les superposer.

J’ai commencé à utiliser cet effet en travaillant sur la pièce Morphème de Frederick Galiay, puis en improvisant avec.

Je commence par des superpositions de tenues qui remplissent l’espace, le sature, avec une pulsation neutre. Je pars du haut pour aller vers le bas, à une exception près qui consiste à compléter les fréquences comme je l’entend.
Pour retrouver l’effet acoustique présent dans la pièce durant le concert, il est nécéssaire d’avoir une écoute à un niveau sonore assez élevé.
En concert, pour obtenir cet effet vibratoire, je choisi les hauteurs en fonction de l’acoustique du lieu et de la manière dont les « frottements » se produisent.
Je procède ainsi à une sorte de nettoyage du champ acoustique.

Le temps et l’espace étant désormais neutre, je peux après ce long moment apporter les modes de jeux qui me sont les plus personnels.
Ici encore j’utilise le looper pour enregistrer de longues séquences que je ne suis pas capable de mémoriser. Ensuite, lors de leur diffusion, je joue avec comme s’il s’agissait d’un autre musicien ; je joue avec moi-même.
Différentes matières d’ordre sensitives et éminemment subjectives s’enchainent, démarrant avec une pulsation plutôt rapide et chaotique, pour terminer avec lenteur et douceur.


Encore :
Nom donné aux morceaux de musique joués par un artiste à la fin de son spectacle.

Étymologie
Du latin populaire hinc ha(c) hora ou hinc ad horam (« à cette heure »).
source Wikipedia



Faire un commentaire sur cet article

Contact