• Baise en Ville : chronique sur le Son du Grisli

    Onomatopées en mitraillette et guitare mitraille, torsion et distorsion des cordes, flamenco putréfié, zapping et pilonnage d’accords : Jean-Sébastien Mariage et Natacha Muslera apprennent à nous faire aimer les déviances.
  • Baise en ville - nouveauté discographique Vand’œuvre (vdo 1339)

    Natacha Muslera : voix, microphone / Jean-Sébastien Mariage : guitare électrique
    Qu’elle est la fonction d’un Baise-en-ville ? Il sert à s’extraire d’un quotidien afin de vivre une expérience transgressive où les notions d’espace et de temps se déforment...
  • Baise en Ville sur France Musique

    L’émission A l’Improviste du 17 juin 2013 est disponible à l’écoute et en podcast jusqu’au 17 juillet
    Au programme notamment : un extrait du concert de Baise en Ville au festival Musique Action 2013.

Actualités précédentes : Pages 1 | 2

_____________________________________________________________________________________________________________

Baise en Ville

Natacha Muslera : voix
Jean-Sébastien Mariage : guitare électrique

Chronicle on the concert for the festival Météo (Mulhouse) - Août 2008

Jean-Sébastien Mariage est un musicien protéiforme, improvisant aussi librement au sein d’Hubbub que dans un idiome plus spécifiquement électro chez Wiwili, mélodique dans le Fogo de Jacques Di Donato ou encore purement acoustique auprès de David Chiesa. Ce soir-là, son jeu apparut tout simplement comme la quintessence personnelle de ses diverses attirances : bruitiste, précis et délicatement iconoclaste. A ses cotés, Natacha Musléra chante de la façon la plus brute et la moins esthétisante qui se puisse. Expulsant aussi bien l’air de ses narines que de sa bouche, filtrant sa voix à travers une pédale d’effets, elle se lança dans une séquence acrobatique d’une élégance relative, mais d’une rare efficacité expressive. Le duo Baise en Ville (quel nom, quand même !) sut donc se montrer assez surprenant pour laisser une trace réelle dans l’esprit du public sans effacer pour autant l’image de ses illustres prédécesseurs et, grâce à la parfaite dramaturgie de son set, permit à chacun de quitter la salle avec plus de questions en tête que de réponses.
Ce qui est, malgré tout, l’apanage des plus grands !




Faire un commentaire sur cet article

Contact