Wiwili

Hervé Gudin : guitare électrique
Jean-Sébastien Mariage : guitare électrique
Xavier Charles : surfaces vibrantes
Michel Deltruc : batterie

Wiwili is a town in Nicaragua...

Hervé Gudin a choisi le nom de Wiwili en hommage à son ami Joël Fieux.

En avril 1984, le minage des ports nicaraguayens par la CIA avait suscité une large indignation internationale. Fin juillet 86, c’est dans l’indifférence générale que l’opinion publique française a accueilli la mort de trois coopérants européens. Tout au plus les grands quotidiens ont-ils reproduit la dépêche d’agence annonçant la nouvelle.

Sur la route de Wiwili
Quelques jours avant l’approbation des cents millions de dollars d’aide à la Contra (parti contre-révolutionnaire) par le sénat nord-américain, le 28 juillet, un groupe de ces contras ont attaqué l’asentamiento paysan de Panali (126 maisons, 600 habitants) : trois enfants et une femme sont assassinés, 26 personnes blessées dont neuf enfants, et des maisons détruites.
Le même jour, sur la route de Jinotega à Wiwili, à Zompopera, cinq civils ont trouvé la mort dans une embuscade. Parmi les victimes, deux nicaraguayens et trois coopérants européens : un allemand, Bernard Goberstein, qui travaillait sur un projet d’eau potable ; un suisse, Yvan Leyvraz, sur des projets de constructions ; et un français, Joël Fieux, jurassien d’origine, qui lui travaillait sur un atelier de typographie.
Leur crime était celui du peuple Nicaraguayen : avoir prétendu lutter contre la misère pour une vie meilleure.

Un silence honteux
Les gouvernements allemand et suisse avaient condamné l’assassinat, le gouvernement français lui était resté muet.... La rage de tuer les Contras, ou les paladins de la liberté comme se plaisait à les appeler Reagan, a un sinistre bilan. Bilan dont Reagan et la CIA sont responsables.
En six ans, 14260 Nicaraguayens ont été victimes de cette agression dont 879 enfants de moins de 12 ans, 133 instituteurs, 326 étudiants, 184 techniciens, 408 ouvriers, 960 paysans.

Rappel historique
L’arrêt de la Cour Internationale de Justice de La Haye rendu le 27 juin 1986 a rendu le gouvernement américain responsable de l’agression dont était victime le Nicaragua. Le 29 juillet, lors de la réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU obtenue par Daniel Ortéga pour demander l’application des sentences du tribunal de La Haye, 11 pays ont voté pour la résolution ; les USA ont bien sûr voté contre. Trois pays se sont abstenu : La Thaïlande, l’Angleterre et la France, qui la veille avaient gardé le silence sur l’assassinat de Joël Fieux.

Et la musique
Joël aimait écouter Pink Floyd, Beefheart, Gong, Zappa, Neil Young...




Faire un commentaire sur cet article

Contact